Salut Roscoff, Bonjour le Havre!

Petit retour sur cette navigation hivernale à trois (Isa, Christian et Mat) pour convoyer Foggy Dew de Roscoff son ancien port d’attache au Havre sa nouvelle affectation.

Isa nous avait prévenu de prendre 5j au cas où pour cette nav qui peut prendre 48h en “bonne” saison. Finalement il nous aura fallu 11j!! Tout le monde a vu passer pas mal de dépressions en France entre noël (date de notre rdv sur Foggy) et début janvier, eh ben on les a vues de près aussi :-p

Finalement nous avons fait le chemin en quatre tronçons tellement il était délicat de se prévoir de longues navs, vu que les fenêtres de temps calme étaient rares, imprécises, et pas forcément en phase avec les courants de marée qui sont alternativement très favorables et rédhibitoires.

Après une attente bricolage de 3j on finit par partir de Roscoff, direction Guernesey avant la dépression suivante. Le temps est calme, et on fait la route pépère par vent arrière. Même pas beaucoup de houle, malgré les 40 Nds mesurés au port la veille, bizarre, mais tant mieux!

On arrive donc à Guernesey en milieu de nuit et on se cale au ponton d’attente, pensant repartir le surlendemain. Un gars du port nous conseille un autre ponton inusité en ce moment et qui a une passerelle pour circuler à terre, elle nous sera bien utile 😉
Finalement les accalmies prévues pour coïncider avec le courant favorable du Raz Blanchard se décalent ou s’annulent et on va passer 5j sur place (dont la nuit du réveillon). Glandouille, pub, bonnes bouffes, balade autour de l’île, et bricolages : il faut bien s’occuper un peu.

Finalement le 03 au soir on a enfin un créneau, on met les voiles et ça passe tranquille. On a juste le temps d’arriver dans la rade de Cherbourg vers midi avant le coup de vent suivant; ouf.

Le lendemain soir, après la visite du musée des sous-marins, on remet ça, il doit y avoir une accalmie juste bien pour qu’on arrive ric-rac avant la fermeture de l’écluse de St Vaast tout en prenant les bons courants de marée méconnus du Raz de Barfleur. On arrive 1/2h avant l’heure de fermeture. On a serré les fesses sur ce coup là en s’aidant du moteur, car autrement on se retrouvait dans la baie de Seine avec un bon coup de vent qui nous aurait fait galérer au milieu des cargos.

En fait à cause de tous ces passages dépressionnaires, il y a toute une palanquée de cargos qui se sont ancrés derrière le Cotentin, on en voit une quinzaine au loin en arrivant.

Cool, visite des lieux le lendemain, et on a encore un créneau pour partir le soir après l’ouverture de l’écluse (elle s’ouvre et se ferme à mi-marée pour garder de l’eau pour les bateaux garés à l’intérieur).
On hésite à mettre un ris car le vent est modéré finalement on en prend trois et peu de temps après être vraiment sorti du port, on se fait secouer avec 30-35 Nds de vent au bon plein. On a bien fait de pas sortir la toile finalement…
Dans la nuit, on longe la côte pour être plus abrité et on ne passe pas au milieu des dizaines de cargos qui squattent au milieu.
On finit par arriver à 8h du matin et là: PAF on s’envase à 100m du ponton d’attente. La poisse, et on est assez crevé. Mais on se décroche et on peut enfin aller roupiller sur nos deux oreilles.

Espérons que cette zone de nav sera aussi cool que celle de la pointe Bretagne. En tout cas dorénavant il faudra jouer des coudes avec les pétroliers, car dans ce coin c’est pas ça qui manque 😉

Allez la traditionnelle carto et qq photos:

Commentaire facebook non officiel (préférez les commentaires MAROUT plus bas)
0

Laisser un commentaire