Toccata aux açores

Aller a la derniere etape

Salut la compagnie.
Je lance un p’tit article que je compléterai au gré des escales wifi. On (Christian,Vanessa et mat) attend encore demain le bon vent pour tracer vers la Corogne. Lieu où on récupère Didou le 18.
L’équipe:

Après quoi on partira vers Sao Miguel, île principale des Açores où isa et Yann nous rejoignent fin juillet
Pour suivre le bateau, deux liens:
https://www.marinetraffic.com/fr/ais/home/shipid:4632982/tracktype:9/lpt:1499330100
Ou:
http//share.findmespot.com/shared/faces/viewspots.jsp?glId=0HoqMnpHlZtUERzZQm10bXD7WJWxca3a5
La trace ici:

Enfin arrives a la Corogne après quasi 3j de nav par vent modéré.
Entre poissons lune qui bronzent au soleil, pechous qui nous coupent la route baleines et dauphins que nous voyons tous les trois pour la premiere fois.
On fait maintenant une pause tapas a la Corogne en attendant le Didou dont on va enfin pouvoir mettre 2-3 bières au frais et repartir pour une étape encore plus longue vers les Acores en tant que tel.
A la revoyure¡

 


Enfin arrives dans les Açores après une grosse étape d’une petite semaine.
Entre pétole, cargos, électronique de bord qui nous lâche et près de tous les diables (les nuits de Didou qui dort a l’avant sont agitées) on a avance entre 130 et 150 milles nautiques par jour.
Le début a été agité pour passer le rail de cargos du Finistère et une régate dans le secteur.
Ensuite calme plat, a se demander pourquoi on fait des quarts!
Et la veille de l’arrivée on commence a croiser de la bestiole: tortues, dauphins a nouveau et qq cachalots qui respirent posément en surface en attendant de replonger pour chasser les calmars, sympa.
Manque de chance une des tortues croisées se prend dans notre traîne et on organise un sauvetage pour la libérer.
Depuis notre arrivée on trainasse dans le coin en attendant Isa et Yann qui atterrissent ce jour (30/07).

A l’arrivée d’Isa et Yann, changement de rythme.
Isa a envie de bouffer de la montagne et on va écumer son guide des randonnées des Açores. Tour du cratère de Sete Cidade, sur Terceira: rando soit disant exigeante dans un semblant de terrain aventureux fait sur mesure, mais joli. Suivi de la visite d’une grotte volcanique et fête où des gugusses excitent des taureaux retenus par d’autres pour prouver leur virilité.

Ensuite on se bouge à Sao Jorge et ses frometons pour encore quelques randos mais plus physiques cette fois. Sur la côte nord les côtes très abruptes débouchent par endroits sur des petits replats au ras de l’eau avec des villages quasi abandonnés. On y est accueilli à grand renforts de pinard et gnôles du cru. Une bonne préparation pour la remontée qui suit en somme.
La marina y est bien bruyante vu qu’elle se trouve juste sous une falaise truffée de puffins gueulards, enfin c’est marrant tout de même.
L’équipage a pris l’habitude de siffler pas mal de gin tonic, ça sera la boisson de l’été pour certains!

Dernière étape Açorienne, comme on ne sent pas le petit mouillage de Pico et son point culminant, on va juste en face à Horta.
Sur l’île agrandie par une éruption récente on fait une balade à la recherche de bombes volcaniques et autres vestiges du volcanisme qui a créé l’archipel.
Yann nous fait une petite œuvre d’art sur le quai pour immortaliser notre venue (il y en a des milliers tout autour de la marina). Isa doit repartir pour soigner Foggy et nous remettons les voiles le 10/08 pour la Corogne.

On ne reverra plus de baleines maintenant, quelques dauphins croisés par ci par là, le désert pendant plusieurs jours avant le passage du « rail » du Finistère. Didou nous laisse là et Fabrice prend le relais.

Retour vers Camaret après un départ agité au près et 25-35nds de vent apparent, on parvient à la pointe Bretagne.

Il n’y a plus qu’à rallier Roscoff pour un petit tour sur un Foggy tout neuf (Batz et ses tourteaux) et enfin retour vers la baie de Somme via Cherbourg et Dieppe par vents contraires.

Un sacré périple sur le bateau de Christian qui a relevé Foggy au pied levé, une première pour qq’uns ces traversées d’une semaine sans toucher terre, et plein de souvenirs.

Grand merci à toute l’équipe, en espérant qu’il y en aura d’autres.

1 commentaire sur “Toccata aux açores

  1. Trop top ! Vous avez pété le record de temps de nav 🙂 Je me demande combien d’hectolitres de boissons diverses et variées ont pu passer par votre gosier… Une chose est sûre vous avez dû vous ravitaillez. Le navire, si grand soit-il, n’a pas dû l’être assez pour contenir toute cette boisson !
    Ca donne bien envie d’aller y faire un p’tit tour en tout cas, aux Açores 😉
    Et Foggy Dew, la chirurgie s’est bien passée ?
    Au plaisir !

Laisser un commentaire