Rando solo entre les volcans Auvergnats

Entre beuveries familiales et fêtes excessives, cette fin d’année 2016 m’aura donné l’occas de découvrir (un peu plus) cette terre volcanique qu’est l’Auvergne au cours d’une randonnée solitaire de quelques jours. La neige a manqué pour faire glisser la pulka mais, pas à pas, le chemin se fit quand même et sous un temps, pas si dégueulasse !

 

29122015-Auvergne-22

 

Chose certaine, les blédards n’auront pas attendu l’unesco pour vivre le charme de leurs lieux, et les parcourir en touriste baudelérien (ok c’est un peu (beaucoup !) excessif) fut un plaisir.

 

Ce p’tit article est là pour partager quelques images, quitte à éventuellement donner quelques idées de balades pas si lointaines… Entre le Puy de Dôme et Bort-les-Orgues, ombres et lumières, soleil chaleureux et obscurité glaciale. Voici ce que m’ont compté les volcans.

 

 

 

« Du haut d’une gentiane perchée sur un volcan, je pense.

Le partager avec vous semble la seule option.

Je suis épris d’amour, un amour indéfectible pour nous, race humaine.

La solitude me sied ce soir mais je tiens à la partager.

Dans tout ce tumulte de vie bouillonnante et ininterrompue, une pause. Un repos, une respiration. Pour mieux replonger, sans égard ou autre regard pour nous-même.

Le vent est là, la poussière ocre emplissant la demeure d’un soir. Telles des volutes de neige ou un vent cinglant le visage et le corps, les événements sont ainsi.

Incontrôlables, parfois impitoyables.

Mais nous sommes là, au-delà de toutes résistances, la vie nous anime, quitte à nous confiner à survivre. Une rencontre entre nos fibres et l’adversité.

Un trait de lumière, une accalmie pour que la terre elle-même impose son entrave, inextricable, dure et froide.

Cassante. Nous ne nous arrêtons pas. Et nous ne nous arrêterons pas quel que soit le chemin.

Seul, c’est notre lot. Mais ensemble est notre choix.

Entre glace, roches assassines, bouillonnements argileux, vapeurs sulfurées, vents ou neiges cinglantes, nous sommes là. Et nous continuons. Et nous continuerons. La remise en cause n’a plus sa place.

Le doute demeure mais pour permettre de mieux avancer. Avançons.

Nous avançons. Entre tumultes et repos, nos choix sont conscients, choisis mais en réalité qu’est cette dernière ? Le dépassement est notre apanage alors pourquoi jeter l’éponge ?

Le gel finira par nous gagner ou nous brulerons, et pas seulement des ailes. Chacun ses choix, chacun sa vie, chacun sa mort.

Il serait vain de nous complaire tant que nous jouons, les choses sont ainsi, quitter la table trop tôt n’est pas vivre mais survivre.

Nous sommes vivants, pas survivants. Dépassons-nous osons l’inconnu, le réel.

La complaisance n’est qu’un vilain défaut.

Embrassons-nous. Embrassez-vous. Et vivons. Vivez.

Des bises et une larme. Merci. »

Pour la p’tite histoire, ce texte fut composé pour des amis en souvenir et à l’avenir. (une p’tite dédicace au cousin sans qui je n’aurais peut-être jamais osé, pour toi King Thieum Tafaraï Chabal Gainsbourg John-John !)

 

Et what the fuck, une bonne année 2016 à tous !

 

Commentaire facebook non officiel (préférez les commentaires MAROUT plus bas)
0

4 commentaires sur “Rando solo entre les volcans Auvergnats

    1. En en plus, y’a pas peu trop (!) de retouches. Ca a été un festival de couleurs et lumières par moments, c’est le côté sympa de l’hiver (même sans neige) le soleil traîne à se lever et se coucher, les nuages sont légions, le côté mouillé fait ressortir les couleurs. L’effet global est souvent des plus sympas (quand il pleut pas comme des cordes dans ces champs à vache boueux au possible !).
      Pour les bestiaux, il s’agit de la race Salers qui fait la fierté des éleveurs du coin (on est pas loin du bled en question) et la joie des papilles de carnivores que nous sommes 😉

      0

    1. Ecrire ça reste compliqué ! L’inspiration et la mise en mots sont un exercice qui me plait mais c’est vraiment rare que j’arrive à un truc et encore plus que je prenne le temps de le faire. En tout cas, merci 🙂 Et si en plus ça redonne un peu de momo pour aller taquiner la rando, ben c’est cool par ce que c’est le but !

      0

Laisser un commentaire